Quelques conseils pour un passage de grade réussi

La date des passages de grades approche, et on sent le stress qui monte ! Vous trouverez dans cet article quelques astuces pour vous préparer au mieux, et faire un passage de grade réussi, en toute sérénité. Et vous trouverez dans ce blog une multitude d’articles pour vous aider dans vos révisions : katas, kihon, tachikata, kumités kyokushinkaï, termes d’arbitrage, histoire et signification du kyokushinkaï…

 

Avant le passage

Révisions

« Entraînez-vous plus que vous ne dormez » (Maître Oyama). Conseil difficile à suivre avec nos vies actuelles très chargées, mais l’esprit est là : la pratique, la pratique, et encore la pratique. Ne vous y mettez pas un mois avant pour préparer votre passage de grade ! Si vous vous entraînez régulièrement, vous avez déjà tout ce qu’il faut. Deux fois par semaine, on maintient son niveau, trois fois, on progresse, à partir de quatre fois, on décolle !

Consultez le programme de votre passage, affiché sur les murs du dojo. Si vous ne connaissez pas un terme technique ou un kata, demandez de l’aide aux gradés.

Révisez les noms des positions, attaques, blocages… Lors du passage de grade les instructeurs vont vous annoncer les techniques à réaliser, sans vous les montrer.
(Articles à consulter sur mon blog : catégorie « Kihon »)

Révisez les katas qui sont à votre programme.
(Articles à consulter sur mon blog : catégorie « Katas »)

Connaissez les grandes dates du kyokushinkaï, de Maître Oyama et de Kancho Matsui. Apprenez le dojo kun, les principes du karaté do, la signification du kanku…
(Articles à consulter sur mon blog : catégorie « A propos du karaté kyokushinkaï »)

Préparez à l’avance les documents administratifs et les formalités. Les tarifs et les équipements à apporter sont toujours indiqués plus d’un mois avant sur le tableau central qui est au-dessus du cahier de présence. Pensez au chèque pour régler votre passage, le billet en liquide pour la casse de planches, vos protections (tibias, gants, protège dents, coquille et protège seins…), une bouteille d’eau, une barre de céréales. Pour les ceintures noires il y a un formulaire à remplir, des photos à transmettre (papier + par mail), une taille de ceinture à communiquer.

Préparation physique

Préparez votre corps à affronter l’équivalent d’un entrainement plus long que d’habitude (2 à 5 heures selon le grade), et plus intense. Travaillez abdos, appuis faciaux, endurance en pratiquant course ou natation.

Exercez-vous sur les épreuves que vous n’avez jamais pratiquées (sauter par-dessus un Bô, marcher sur les mains, casser des planches…)

La veille : mangez des pâtes, proscrivez alcool ou repas lourd. Préparez vos affaires avant de vous coucher pour ne pas être à la course le lendemain (et n’oubliez pas de mettre dans votre sac les documents administratif et moyens de paiement). Ne vous couchez pas à une heure trop tardive. Une bonne nuit de sommeil pour être en forme pour le lendemain !

 

Pendant le passage

Le corps

Échauffez-vous dès votre arrivée. L’échauffement, contrairement à celui des cours, sera individuel, donc il faut que vous vous gériez seul. Il est très important, car votre corps va être très sollicité pendant le passage, donc il est primordial de bien échauffer chaque partie du corps, comme avant une compétition.

Le souffle : respirez ! Pensez à respirer profondément tout au long du passage de grade. Cela diminuera votre stress, et permettra à votre corps d’agir instinctivement et aux énergies de circuler. Si vous restez en apnée, vous allez bloquer vos énergies.

Une pause s’impose ! Lors du passage de grade il y a généralement une pause. Profitez en pour recharger vos batteries, en pratiquant Ritsu Zen par exemple. Ainsi vous pourrez vous recentrer sur vous-même pour affronter avec sérénité la deuxième partie du passage.

Ne confondez pas vitesse et précipitation. Pensez au rythme de votre kata, et dites-vous qu’avec le stress vous aurez tendance à accélérer, alors prenez quelques secondes pendant le mokuso pré-kata pour vous forcer à prendre votre temps.

Le mental

Faites de votre mieux ! Ne vous mettez pas la pression : le passage de grade est là pour estimer votre niveau à un instant T. Si vous passez une ceinture jaune, ne vous lamentez pas car tout n’est pas parfait, c’est normal ! Donnez-vous à fond, et dites vous que la voie des arts martiaux est un chemin que l’on suit toute sa vie, en s’améliorant continuellement. Donc vous n’atteindrez jamais la perfection, cela n’existe pas. On peut toujours progresser. Alors relativisez.

Soyez Zanshin (à l’écoute ou vigilance constante pour les fans de Harry Potter) ! Ecoutez bien les commandements pour pouvoir réaliser la technique correspondante. On vous indiquera la position en premier, puis la technique de la façon suivante : le niveau (jodan/chudan/gedan), la partie du corps utilisée (seiken, uraken, shoteï..), jambe avant ou arrière (oï/gyaku), et si c’est une attaque ou un blocage (tsuki, uchi, geri, uke…).
Exemple : Hidari zenkutsu dachi kyuju do – jodan seiken oï tsuki

Si vous vous trompez, lors d’un kata, du kihon… Ce n’est pas grave ! L’erreur est humaine, et on n’attend pas de vous d’être un sur-homme. En revanche, votre attitude est importante : ne grimacez pas après votre erreur, ne soufflez pas, et surtout, n’abandonnez pas en vous disant « tout est fichu ». Restez zen et recommencez si possible votre technique ou votre kata, après avoir pris quelques secondes pour vous recentrer. Et ne lâchez rien jusqu’à la fin du passage.

Motivation et détermination. Les instructeurs vont juger avant tout de votre implication. Gardez le regard droit devant vous (ne scrutez pas vos pieds !). Poussez vos kiaïs avec force et détermination, en utilisant votre hara. Laissez l’énergie sortir. Pratiquez vos katas comme des combats réels contre des adversaires imaginaires, mettez-y intention et présence. Soyez pleinement à ce que vous faites.

Profitez du moment ! N’intellectualisez pas trop, restez à l’écoute et laissez agir votre corps. Lors de vos années de pratique, votre corps a enregistré progressivement les techniques, faites-lui confiance. N’essayez pas de copier sur ceux qui sont devant vous, restez dans votre corps avec vos sensations, faites-vous confiance.

 

Pour conclure, rappelez-vous une chose essentielle : une ceinture sert à tenir un pantalon. Ni plus ni moins. Alors ne vous mettez pas la pression.
Si vous vous êtes bien entraînés toute l’année, vous êtes prêts, le passage de grade n’est qu’une formalité pour attester du niveau que vous possédez déjà.
Si vous n’êtes pas prêts, et que vous n’obtenez pas votre garde, pas de panique ! Au prochain passage de grade, vous aurez retravaillé les techniques sur lesquelles vous étiez moins à l’aise, et en plus, vous serez en zone de confiance car vous aurez déjà réalisé l’épreuve une fois.

Bon passage de grade à toutes et tous !

OSU
Sempaï Céline

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s